Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 10:10

Les 8 et 9 mai sont des jours bien particuliers. Ils sont l'occasion de célébrer des valeurs auxquelles nous sommes, pour la plupart, particulièrement attachés.

Habituellement, au nom des habitants de notre Commune, je me rends à Saint-Germain-l'Herm, pour partager un moment de recueillement.

Cette année, la situation ne le permet pas.

J'ai donc souhaité nous offrir une occasion de nous retrouver, tous ensemble, par la pensée, en un instant commun, à l'appel de la sirène communale.

La période que nous vivons, pour anxiogène et difficile qu'elle soit, n'a rien de commun avec l'époque que vécurent nos grands parents.

 

La seconde guerre mondiale fit plus de 60 millions de morts.

Sur le territoire de ce qui est aujourd'hui l'Union Européenne, cette Union que nous célébrerons demain, les civils paieront un tribut particulièrement lourd, avec près de 11,7 millions de morts en moins de six ans.

Le confinement se faisait alors dans des caves à l'approche des bombardiers.

Il n'était pas question de maintenir une distanciation sociale lorsque l'on faisait ses courses car, sans ticket de rationnement, pas de pain, pas grand chose d'ailleurs, au mieux des rutabagas, les nazis réquisitionnant les pommes de terres.

Lorsque ces fanatiques – ou leurs alliés – se saisissaient de vous, il n'y avait aucune probabilité de guérison si vous étiez juifs, tziganes ou homosexuels.

Il n'était pas nécessaire d'affabuler pour avoir des raisons de crainte.

Si vous étiez de ceux dont l'extermination avait été planifiée, il n'y avait pas d'autre horizon que les camps de la mort, et guère d'autre espoir que celui de mourir vite.

 

Il était évident, depuis des années, qu'Hitler frapperai un jour. Pourtant, en 1940, face à la Blitzkrieg, une manière nouvelle de mener les combats, totalement inédite, notre pays, toutes les nations d'ailleurs, s'étaient retrouvées impréparées et démunies.

Peut-être est-ce là un point commun avec notre époque. Mais il est bien l'un des seules, ainsi que la recherche de boucs émissaires et le renouveau des discours de haine.

 

Nous sortirons tous changés de cette épisode et, parce que nous aurons évolué, notre temps évoluera.

Pour ce qui me concerne, je ne suis pas sur que je garderai la moustache mais, quitte à changer, tachons d'atténuer nos défauts et nos mauvaises habitudes.

Bien des français montrent, depuis plusieurs semaines, courage et dévouement, les soignants évidemment, tous ceux qui s'appliquent à maintenir de la solidarité entre nous, mais aussi, simplement, tous les travailleurs qui permettent de maintenir un semblant de normalité dans nos vies, de l'éboueur de la Com Com à la caissière du Super U, des gérants du Petit Chastel jusqu'à nos agriculteurs.

Soyons leur reconnaissants.

Ils ont reçu de la presse le beau qualificatif de « héros du quotidien ».

Rien ne les destine à être des héros mais ils font simplement ce qu'ils ont à faire.

 

Rien n'est jamais comparable. Mais tout à l'heure, lorsque nous prendrons un moment de recueillement entre deux sonneries de la sirène communale, ce sera pour honorer des héros qui faisaient simplement, au péril de leur vie, ce qu'ils pensaient devoir faire.

Justes ayant dissimulés ceux qui étaient les plus menacés, engagés des colonies volontaires pour rendre la France aux français et à la démocratie, foule d'anonymes des maquis et victimes innocentes.

 

C'est en pensant à eux que j'ai déposé, ce matin, sur notre monument au morts, quelques fleurs des maquis et des haies.

C'est pour penser à eux qu'à 13h00 notre sirène sonnera.

Et demain ! Pour demain ! Nous ne pourrons que ressentir la légèreté des sacrifices qui sont les nôtres, dans nos habitudes, par rapport à ceux qui furent les leurs.

 

Pour conclure, ce relativisme ne m'empêche pas de vous remercier pour vos gestes du quotidiens, ces gestes dit barrières, que nous avons adoptés et que nous allons devoir maintenir pendant longtemps, pas pour nous mais pour protéger tout les autres.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 10:55
A compter de vendredi au Petit Chastel

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 10:45

Plus que jamais, les moments de commémoration doivent être des moments de recueillement partagé.

Pour cela, le 8 mai 2020, tous les bâtiments communaux seront pavoisés et la sirène communale sonnera, à 13h00, pour appeler chacune et chacun, à distance mais ensemble, à observer un temps de silence.

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 10:27
  • Nous vous informons que la communauté de communes Ambert Livradois Forez prévoit la réouverture des déchetteries le 11 mai (si le déconfinement est confirmé), sur prise de RENDEZ-VOUS OBLIGATOIRE en appelant le service Déchets au 04 73 82 76 91 à partir de lundi matin.

 

Les personnes se présentant sans rendez-vous ne seront pas acceptées.

 

Les consignes strictes et claires sur la protection des usagers et les modalités techniques seront données par téléphone lors de la prise de RDV.

 

PS : cet accueil limité sur RDV (4 voitures par tranche de 15 minutes) est indispensable pour 2 raisons : éviter la cohue à la réouverture mais surtout permettre à nos agents et aux usagers de respecter les gestes barrières !

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 09:36

Voici le beau moi de mai je propose de changer de proverbe : en mai, écoutes ce qu'il te plait !

Alors que je me demandais bien quel oiseau je pourrais vous proposer cette fois-ci, j'ai ouvert la fenêtre, malgré la pluie pour glaner un nouveau chant.

Un merle s'époumonait sur un fil, faisant fi de l'averse, un troglodyte renchérissait plus loin.

Et puis dans le tilleul d'en face, les motifs discrets presque chuchotés mais très variés et musicaux d'un chardonneret.

Ce chant rentre à coup sûr dans le cercle des répertoires complexes.

Pour le retenir et le repérer, on peut se concentrer sur la série de "cliquetis" qui s'enchainent rapidement dans une phrase généralement longue.

Ces motifs presque liquides évoquent un peu le rouge-gorge mais en moins "veloutés".

Ceux d'entre vous qui l'observent sur les mangeoires en hiver ont sans doute entendu les cris chuintés qu'émet le chardonneret lorsqu'il "vole dans les plumes" de ses congénères ou d'autres passereaux pour tenter de "monopoliser" les lieux .

Le chant : https://www.oiseaux.net/oiseaux/chardonneret.elegant.html

En bonus, deux émissions consacrées au chardonneret sous un angle pour le moins singulier :

Bonnes écoutes,

En ouvrant la fenêtre

Partager cet article

Repost0
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 15:29

Pour le week-end du 1er mai, le Petit Chastel vous propose :

  • -Manchon de canard maigre cuisiné en confit
  • -Souris d’agneau et son jus au thym
  • -Bœuf bourguignon
  • -Jarret de porc en confit
  • -Osso bucco de dinde et sa brunoise de légumes
  • -Cuisse de poule en confit
  • -Joue de porc à la vigneronne
  • -Blanquette de dinde sauce crème et champignons
  • -Petit salé aux lentilles
  • -Pizzas

 

Accompagnement :

  • -Pâtes coudées
  • -Frites
  • -Potatoes
  • -Pommes de terre au four

 

Dessert :

  • -Lingots au chocolat
  • -Moelleux aux pommes
  • -Paris-Brest
  • -Éclair au chocolat

 

Sur réservation au 04 73 72 50 75

Partager cet article

Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 13:00

vous propose, notamment, en plat à emporter :

- filet de truite aux amandes,

- souris d'agneau,

mais aussi :

- pizza,

- moules-frites

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 13:00

Bonjour à toutes et tous,

Et merci pour vos retours toujours bienvenus même si je ne réponds pas individuellement.

Bon, là, ça y est, l'entartage rituel des jonquilles est passé, les nuits de réchauffent et les journées aussi.

A notre altitude vertigineuses (900/1000 m quand même !), les premières feuilles décorent les rameaux.

Pour accompagner le carillon gourmand des cloches de Pâques (vous n'avez pas renoncé pas au chocolat j'espère !), voici le chant idoine du...

Pinson des arbres, passereaux très commun, même en ville.

Comment mettre des mots sur ce chant pour mieux se l'approprier ?

A mes oreilles, qui ne sont pas les vôtres (quelle trouvaille !), il pourrait m'évoquer une dégringolade de notes qui, hésitantes au début, s'emballent ensuite en decrescendo (de l'aigu au grave), pour un court final en montagnes russes. La phrase est assez rapide et courte (pas plus de trois secondes sur l'enregistrement suivant) : https://inpn.mnhn.fr/jeux/oiseaux/listen/emissions_vocales_stereotypees/4564

[ou encore]

Pour avoir entendu le pinson des arbres dans différentes régions et pays, j'ai pu observer que les toutes dernières notes peuvent varier. Quelquefois, elles sont absentes ou bien se limitent à deux notes qui remontent comme lorsque l'on dit "Olé". Et comme par hasard, c'était en Espagne !

A vos oreilles !

    À qui parle-t-il, le pinson,
    Lorsqu’il dit : « Vite… vite… vite… »
    À la journée ? à la saison ?
    Au cœur d’or de la marguerite ?

    Veut-il dire qu’on a raison
    De prendre l’instant qui palpite ?
    À qui parle-t-il, le pinson,
    Lorsqu’il dit : « Vite… vite… vite… »

    Est-ce la mort dans le buisson,
    Ou l’amour, qui conduit le rite ?
    Vers qui lance-t-il cette invite ?
    Est-ce à quelqu’un de la maison…
    À qui parle-t-il, le pinson ?

Rosemonde GERARD ROSTAND

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 09:51

- Moules  frites

- Pavé de Merlu (riz) - vendredi saint oblige angel

- Sauté de veau au curry, histoire de se souvenir de la foire de l'an dernier wink

- Travers de porc country, hip hip hip hye ho

- et toujours les pizze mama mia cheeky

 

Pensez à réserver au 04.73.72.50.75.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 09:02

Bonjour à toutes et tous,

Le cercle des écouteurs d'oiseaux ne cesse de s'agrandir !

Nous allons descendre encore d'un cran de difficulté mais c'est pour mieux remonter ensuite !

Pour le nouveau chant, il vous faudra aimer les bonbons ou avoir quelqu'un qui aime les bonbons dans votre entourage proche.smiley)

Une fois en bouche, on garde bien le papier que l'on froisse délicatement entre les doigts.

Et ça donne grosso modo le chant du rouge-queue noir : CQFD ! cool)

Cet oiseau est très commun autour des maisons y compris dans les petites villes ou les grands villages ; ça tombe bien n'est-ce pas ?

On le rencontre aussi en montagne mais bon, ça, c'est pour plus tard...

Il lance sa phrase qui commence par une courte série de notes aigües suivies du froissement de papier de bonbon (mais vous pouvez essayer aussi avec des factures et autres avis qui froissent... ;-)) avant de l'achever par quelques notes en trilles :

https://inpn.mnhn.fr/jeux/oiseaux/listen/emissions_vocales_stereotypees/4035

[ou encore]

Aucun risque de confondre ce chant très stéréotypé avec une autre espèce.

Dans les jardins, il se perche fréquemment sur les piquets de tomates et autre manche de bêche oubliée.

A vos oreilles !

En ouvrant la fenêtre 3

Partager cet article

Repost0